Site de Menez Drégan, commune de Plouhinec

Extrait du panneau explicatif :
Le gisement de Menez-drégan est un site clé pour la connaissance des premiers peuplements de l'extrème ouest de l'Europe.
Il a été choisi pour son potentiel archéologique permettant une étude approfondie et fortement interdisciplinaire, associant aux études archéologiques proprement dites, la botanique, la biologie, la physique et la chimie.
Il s'agit d'une ancienne grotte marine dont le toit s'est effondré et dont l'ultime cavité, colmatée par les sédiments, ferme un couloir d'abrasion. La grotte comprenait à l'origine deux diverticules latéraux. Le remplissage témoigne d'un bilan sédimentaire assez faible, dominé par les dépôts littoraux anciens et avec de nombreux hiatus( érosions). A la base, une plage fossile (10-11) témoigne peut-être du premier stationnement marin à ce niveau, responsable du façonnement de la plate forme, il y a un peu plus de 1 million d'années. Par dessus appraît une couche archéologique (couche 9) qui correspond à la première occupation humaine du site, vers 465 000 ans. Un retour de la mer a déposé, sur ce niveau du sable et des galets (8a-b) puis, profitant d'un nouvel éloignement du rivage (régression marine liée à un début de periode froide) les hommes se sont de nouveau installés et ont abandonné des outils (couche 7). Cette couche est recouverte par un épandage de galets (6), plage ancienne ou apport antropique,en tout cas fortement remanié par l'homme avec au-dessus, un ensemble de lits extrêmement riches en vestiges archéologiques (couche 5) témoignant d'une troisième et ultime occupation humaine vraisemblablement entre 350 000 et 400 000 ans. Le tout est recouvert par des depôts de versant (solifluxion) (4), avec intercalation d'une cocuhe de sable éolien ayant définitivement colmaté la grotte (3).
Notre connaissance des groupes humains qui se sont succédés à Menez-drégan repose essentiellement sur les outils lithiques qu'ils ont abandonnés. Ceux des couches plus anciennes (9 et 7) sont encore mal connus, dans l'état actuel de la fouille. L'outillage des niveaux supérieurs (couche 5) correspond à la definition du Colombanien. A coté de nombreux éclats et nucléus, existent des galets aménagés (chopper essentiellement), des galets fracturés et des galets à enlèvement isolés, ainsi qu'un outillage léger dominé par les encoches et les denticulés, et comprenant également des racloirs peu variés typologiquement. Le silex, absent du sous-sol armoricain, était recherché sous la forme de galets apportés des fonds sous-marin, des galets de roches locales étaient également utilisés.
L'intérêt du de Menez-dregan tient aussi à la présence de feux entretenus par l'homme, parmi les plus ancien connus à ce jour. Des structures de combustion, associées à d'abondant débris de charbon de bois et d'os, ainsi qu'à des silex et pierres chauffées, ont été mis au jour dans les couches 9, 7 et 5. En couche 9, il s'agit d'une zone rubéfiée pouvant correspondre à un ancien foyer "en cuvette", dont  l'age présumé avoisinerait les 450 000 ans. Dans la couche 7 a également été mise au jour une lentille sablonneuse rougie qui pourrait être la trace d'un foyer. A la base de la couche 5, il s'agit d'un foyer mieux élaboré (ou mieux conservé), associant des galets chauffés et une importante concentration de matières charbonneuses; la datation le situe vers 380 000 ans. Dans le sommet de la couche 5, une curieuse structure formée de petites dalles disposées en cercle, avec au centre un fragment de dent d'éléphant, est interprétée comme un ancien foyer vidangé.
Outre la présence de cette dent, des ossements de grands mamimfères sont apparus en couche 9, associés à l'outillage. Leur mauvais état de conservation a conduit à développer un programme paléogénétique (caractérisation de l'ADN ancien).
La présence humaine préhistorique à Menez-dregan se place dans un contexte de climat assez tempéré et océanique. Le rivage marin n'était sans doute pas très éloigné au moment où les sites étaient occupés par l'homme (5 à 10 km); une bande cotière, propice à la présence des troupeaux de garnds herbivores, pouvait donc exister en contrebas des falaises habitées par l'homme.

Site de Menez Drégan, commune de Plouhinec

Site de Menez Drégan, commune de Plouhinec

Site de Menez Drégan, commune de Plouhinec

 Chopper
Chopper
Denticule
Denticule

couche Archéologique
Couche Archéologique

Coordonnées : N 47.9864 W 4.4754

La carte ne peut etre affichee, un probleme avec votre navigateur : le java script est non valide ou le navigateur n'est pas supporte par Open street map